Catégories
1967 carnets novembre 1967

3 novembre 1967

Contact avec le général Tabouis (pour K.G.). Vu J.P. toujours content du « Match de la vie ». Me dit de revenir le voir vendredi prochain pour l’augmentation.

Catégories
1967 carnets novembre 1967

8 novembre 1967

Donné du sang. J’étais le seul rédacteur. Les autres doivent avoir un sang trop noble.

Catégories
1967 carnets novembre 1967

9 novembre 1967

Vu J.P. qui, d’emblée, m’accorde une augmentation à partir de novembre. « Vous voyez, je ne discute pas. »

Catégories
1967 carnets novembre 1967

10 novembre 1967

Théâtre de la Commune d’Aubervilliers pour « Les visions de Simone Machard » (Brecht). Avec Le Bolzer, une amie canadienne et les Attoun, autres amis. Très bon au début, puis languissant.

Catégories
1967 carnets novembre 1967

12 novembre 1967

Labarthe est mort, dit la TV. 65 ans. Il savait qu’il n’en avait plus pour longtemps. Il me l’avait dit à propos des difficultés qu’il avait avec Match-Editions au moment de la signature de son contrat.

Catégories
1967 carnets novembre 1967

14 novembre 1967

Au petit TNP pour « M. Fugue » de L. Atlan. Mise en scène : Monod, décors de Monloup.

Catégories
1967 carnets novembre 1967

16 novembre 1967

Ste Reine de Chaillot – Funérailles de Labarthe. Infiniment triste.
Visite de Rognoni. Parlé d’Alcatraz (une adaptation radio – ou théâtrale).
Au Petit-Odéon, « Capitaine Bada », de J. Vauthier par la Cie du Cothurne (Maréchal, Luce Mélite…). Vu J.J. et Simone, Le Bolzer, F. de Portefaix.

Catégories
1967 carnets novembre 1967

21 novembre 1967

Lettre de F. Verny : refus très doux du Poggio… « qui n’est pas un écrivain ! »
Au Récamier, vu « le Roi Faim » d’Andreev (Delvaud – adaptation H. Châtelain).

Catégories
1967 carnets novembre 1967

22 novembre 1967

Cdf de Gatti à 13 h. Revient d’Allemagne quand je le croyais revenu d’Italie. Ses pièces se propagent en Allemagne (V, Franco et Auguste G). Ici, il se retrouve seul avec Monloup – le groupe V ayant fait scission, dit-il (Chaussat, Hélène, etc.). Scission due, explique-t-il, à ce qu’il n’est plus à gauche – et aussi à ce qu’il a confié la mise en scène à Monod (coup dur pour les autres). Retourne en Allemagne dimanche. De sa mère : elle tourne, dit-il, à la vieille dame indigne, elle veut la télé, etc. Il a fait un plan pour la satisfaire, si l’argent arrive comme il l’espère. Le film aussi doit se faire.

Catégories
1967 carnets novembre 1967

24 novembre 1967

Bouclage. Rencontré J.P. dans l’ascenseur : « Ah ! Voilà notre ténor ! »
A 10, à la maison de l’Amérique latine, remise de l’épée à Druon par un ministre et Jeff. Discours. 500 personnes dont, pour la 1ère fois depuis x temps, l’ineffable zozo Bellanger, qui disserte devant les petits fours. Jeff : « Je viens de commencer tes nouvelles. La 1ère est extraordinaire. Franchement, je ne t’en croyais pas capable ».