Catégories
1970 carnets septembre 1970

1er septembre 1970

Porté gouache Saby à encadrer rue du Dragon. Cdf de J.-A. Penent. Il a lu 3,1416 à des amis à lui, gauchistes.

Catégories
1970 carnets septembre 1970

4 septembre 1970

Mort du général Koenig.

Catégories
1970 carnets septembre 1970

7 septembre 1970

A 2 h, Saby avec un tableau sur le bras. Commandé et payé (4 000). Est allé avec le dernier chèque (1 000) à la banque directement. Sur Stéphane qu’il a vu : « C’est un prolo… parle comme un prolo. Content ».
Cdf au journal de Christoforski qui vient de lire « Alcatraz » et en est encore ébranlé. Il y voit un défi auquel il veut répondre. Pour le rêve, le délire du cyclone, il fit : « Je sais maintenant que c’est possible ». A aimé aussi dans « les Prétendants » – préféré plutôt : Vert orangé, les phrases entre parenthèses. En rentrant, vu J. Bonnardot à l’arrêt du 80. Dit qu’elle s’est fait psychanalyser, et a écrit un livre. Et encore qu’elle a pensé que je l’avais snobée en 1958, que l’article sur G. Hemming lui avait fait penser le contraire…

Catégories
1970 carnets septembre 1970

8 septembre 1970

4 détournements d’avion (El Al, TWA, Swissair, Panam) avant-hier : les fascistes du FPLP, que les gens prennent pour des socialistes.
Vu Castans qui m’explique la « révolution » en cours : PM réduit à 30 personnes ; surtout du noir avec quelques pages d’actualité et le reste des chroniques fixes. Et chaque mois, « Univers Match » qui prendrait les reportages couleurs.

Catégories
1970 carnets septembre 1970

9 septembre 1970

PM. Le papier sur les avions écrit par Cartier, me dit Castans quand je lui demande d’écrire un petit papier. Alors, une lettre au Nouvel Obs. ou au Monde.

Catégories
1970 carnets septembre 1970

12 septembre 1970

Corrigé épreuves Eichmann.

Catégories
1970 carnets septembre 1970

13 septembre 1970

Pris le train pour Londres à 10 h. Single.

Catégories
1970 carnets septembre 1970

14 septembre 1970

Arrivée sous la pluie, le crachin. Avec Smith, à Old Bailey. Début du procès à 10 h 30. L’Attorney général parle – et m’endort. Déjeuner avec Smith au Club de la presse (les vieux journalistes sédentaires qui font, hélas, l’opinion).
L’après-midi, Old Bailey. L’A.G. continue. Réussi à faire dormir ceux qui résistent : surprenants effets. Demain, j’essaierai le Président Lord Justice. Hôtel Imperial, Russel Rd. On parle des otages de Jordanie, mais le procès va polariser le peu d’attention disponible dans le peuple.
Avec Smith, au Film Theatre, South Bank : festival Underground, style exact de Knokke le Zoute. Mêmes films, mêmes gens. Une chose très belle : ½ heure de vision d’un fragment d’une chaîne de montage (d’un moteur de voiture probablement). Fascinant, hallucinant. Des gens sifflaient de voir les gestes répétés, toujours les mêmes au fur et à mesure du déroulement de la chaîne.

Catégories
1970 carnets septembre 1970

15 septembre 1970

Audience le matin. Apparition du mari de la disparue, M. McKay. L’aprèms, travaillé. Lu un livre de « nursery rythmes » pour May Day.
Avec les Smith au festival de films italiens. Pas très bon. L’un d’eux montrait pendant une heure un type debout, immobile, face à la caméra. A la fin, un petit saut qui fit l’effet d’une merveille. Mais la moitié de la salle avait déjà fui.

Catégories
1970 carnets septembre 1970

16 septembre 1970

Très beau temps. Marché longtemps de Russel Sq. à Fleet st., puis St-Paul (idées pour « May Day »).
Procès le matin. Témoins : mari, enfants, flics. L’aprèms, au festival. Rien de transcendant – mais pas ennuyé. Dîné avec les Smith, puis Victoria et train.